#leretour

C’est moi. Dans toute ma rage, fatigue et désespoir parce qu’il est 22heures et que j’aurai pas d’ici demain mes 10 heures de sommeil.

C’est moi ! mais pas pour très longtemps, ni pour beaucoup de mots parce qu’il faut encore que je prenne ma douche — flemmarde oui, crados jamais.

C’est moi, au bout d’une cinquantaine de mots et j’aimerais mettre les pieds dans le plat, mettre la main dans le bain et sauter à la pâte, pondre un truc engagé, quelque chose d’énervé mais qui glisserait comme ça presque subtilement mon article dans le fil blogosphérique de sorte qu’on remarque pas que j’ai déserté plus ou moins (mais un peu plus que moins) 1 mois mais non. Et je suis là, nébuleuse, à choisir entre 3 paires de chaussures sur Asos. Voire plus si affinités mais hey, je suis là au bout de plus d’une centaine de lettres et c’est quelque chose, c’est un début et ça serait bien, ça me ferait plaisir que vous me papotiez un peu de vos vies depuis août 2014.
Je peux même commencer ou plutôt recommencer si vous voulez : je m’appelle Maëva, j’ai 16 ans et j’hésite non pas entre 3, mais bien 7 paires de chaussures hashtag problème de pouf égocentrique. Pour bien appuyer le tout, j’agrémente cet article d’une selfie de moi et Vittoria et je suis toujours la fille aux cheveux bouclés à gauche ! 💋

(je reviendrai demain) 

11257636_965906570087453_1478332140_n xoxo

et aussi, une chanson pour mieux dormir : 

je risque de ne pas poster avant, disons, une petite semaine parce que je suis actuellement en intense manque de sentiments. J’ai aujourd’hui essayé de me stimuler en écoutant du Taylor Swift mais ça n’a pas fonctionné, ou peut-être que je suis déjà trop blasée de tout ce que mon amie A écoutait, peut-être que A. aussi m’indiffère maintenant et que c’est le signe qu’enfin je peux passer à autre chose et que plus jamais A. ou même son centre d’amies typées canons ne pourra me faire de mal et qu’il est temps que je trouve un nouveau sujet à propos duquel me torturer, recommencer donc littéralement à vivre.
Aujourd’hui je sais que j’ai aimé A. plus que ma propre vie, et que c’est une chose à la fois incorrect et techniquement impossible parce que je pense qu’on ne peut pas aimer ni même être aimé tant qu’on ne tombe pas inconditionnellement amoureux de soi-même d’abord et aussi de la vie.
Alors à toutes ces filles qui arrêtent lentement de se nourrir, et qui le soir se persuadent que tout ça, ça rime à rien vous avez raison. Et d’une ex pro-Ana je vous demande de retenir ceci : c’est pas comme ça que ça commence, c’est pas comme ça que ça se termine et actuellement vous n’êtes qu’un point. Pas même un cercle, vous n’êtes pas des allers-retours, vous n’êtes pas un pas en arrière vous êtes un point qui ne grossira pas et effectivement ça ne mène à rien, c’est un point vicieux à la con qui ne vous mènera nulle part. Autour de vous, il n’y aura bientôt plus que du vide.

Vous êtes toutes belles pourtant ❤